Comment gérer l'administratif en rédaction web ?

Faire décoller son activité de rédactrice web entraîne de nombreuses actions entre l’enregistrement de son statut auprès de l’URSSAF si l’on est microentrepreneur ou la création et le dépôt de statuts si l’on opte pour une SAS, une SARL ou une EURL. L’ensemble de ces obligations implique le suivi administratif et l’adaptation à des règles érigées par l’État en matière de législation sur l’existence d’un statut officiel en tant qu’entrepreneur. 

L'importance de bien choisir son statut en rédaction web

Bien choisir son statut de rédactrice web entraîne une étude précise de chaque statut pour ne pas faire d’erreur dans la sélection. 

Le statut de microentrepreneur est celui qui entraîne le moins de charges sociales, mais qui donne le moins d’avantages à la rédactrice web.  Elle ne cotise pas pour une couverture par le Pôle Emploi en cas d’arrêt de l’activité, a une retraite beaucoup moins forte qu’un salarié en portage salarial ou coopérative et doit prendre une couverture en Prévoyance si elle veut avoir des indemnités journalières plus élevées. Le tout fait qu’il est important de bien sélectionner son statut avant de prendre une décision. 

Autre point important dans la sélection de son statut est sa situation personnelle de l’entrepreneur. Choisir la microentreprise peut être une très bonne solution pour lancer son activité et l’idéal est de passer ensuite en SAS, SARL ou EURL qui permettent d’avoir un statut salarié et donc de bénéficier d’une couverture maladie, maternité et retraite plus confortable.

Voilà donc un point très important dans l’administratif qui ne doit pas être pris à la légère.

L'administratif et le contrat de la rédactrice web

administratif rédacteur web

Le contrat vient régir une prestation entre deux personnes : contrat de vente, contrat de mission en rédaction web, contrat de délégation, contrat de sous-traitance, etc. 

La rédactrice web doit savoir comment rédiger un contrat en rédaction web, afin de préciser les termes de sa mission. Le contrat doit mentionner les termes et conditions, notamment : 

  • le prix au mot ou au forfait ; 
  • les éléments remis par le client ; 
  • l’engagement en matière de remise de textes de la rédactrice web ; 
  • le terme de la mission. 

Si vous ne savez pas comment rédiger un tel contrat ou si vous avez des doutes quant au texte du contrat que vous propose votre client, n’hésitez pas à faire appel à un avocat d’affaires ou à un juriste qui sera à même de vous éclairer sur le sujet.

L'administratif de la rédactrice web : la facturation

La facturation occupe un poste important dans la vie de la rédactrice web puisqu’elle vous permet de vous faire payer pour vos prestations et de déclarer votre chiffre d’affaires sur lequel sont assises les charges sociales. 

Etablir sa facturation dans le métier de rédactrice web passe par la précision du prix de la mission qui peut être au mot, à l’heure ou au forfait.  Tout dépend donc de l’entente entre la rédactrice web et son client et les termes du contrat qui ont été rédigés. 

La facturation peut se faire au mois ou après chaque fin de rédaction de contenus. La loi oblige aujourd’hui les rédacteurs web à avoir un logiciel de facturation agréé pour limiter les fraudes.

Pourquoi ne pas travailler en sous-traitance quand on est rédactrice web ?

Il est tout à fait possible de travailler en sous-traitance lorsque l’on est rédactrice web. Si un de vos collègues a une mission importante qu’elle ne peut rédiger seule, il arrive parfois qu’une délégation de rédaction de contenus se mette en place.

Cela vous permet de rédiger pour le compte du client de votre collègue et de toucher la majorité du tarif de rédaction. La personne vous ayant confié la mission garde, quant à elle, un pourcentage sur le travail effectué puisqu’elle doit assurer la relecture, la livraison et parfois l’intégration du texte dans le CMS du client.