Tout savoir sur les charges de l'entreprise

Ne confondez pas les charges de l’entreprise avec les charges sociales de l’entreprise ! Les charges correspondent aux dépenses globales qui incluent le loyer, l’électricité, le remboursement d’un prêt, les charges sociales et le revenu de l’entrepreneur. Chaque mois, le chiffre d’affaires doit être en mesure de couvrir l’ensemble des charges de l’entreprise pour assurer la viabilité. Pas toujours simple de se retrouver dans ces charges et surtout de les intégrer dans son fonctionnement.

Les charges de l'entreprise qui sont récupérables

Une entreprise en SAS, SARL ou EURL peut récupérer l’intégralité de ses charges sur son résultat. C’est ici qu’entrent en jeu le débit et le crédit comptables qui viennent équilibrer les comptes et dégagent un résultat positif ou négatif en fin d’exercice. 

Ainsi, le loyer, les dépenses d’eau et d’électricité, les frais de déplacement, les charges sociales et le revenu de l’exploitant viennent en déduction de l’exercice fiscal par le truchement du bilan établi par le comptables.

D’autres notions entrent bien évidemment en compte comme les amortissements sur investissements, le montant du stock et le montant des factures à percevoir en fin d’exercice, pour en citer quelques uns.

La gestion des charges de l'entreprise

charges de l'entreprise

Avant d’engager une dépense au nom de l’entreprise, l’exploitant doit considérer la trésorerie disponible et la façon dont va être traitée la dépense par le comptable. 

Chaque dépense doit posséder une facture au nom de l’entreprise avec le montant de la TVA qui peut être récupérée, le cas échéant. 

La facture est ensuite comptabilisée et l’achat est soit entré en stock, soit immobilisé soit passé en dépense courante.

Définition des charges de fonctionnement

Comme leur nom l’indique, les charges de fonctionnement servent au fonctionnement quotidien de l’entreprise. On y retrouve donc le loyer, l’électricité, l’eau, l’assurance et tout ce qui permet à l’entreprise de fonctionner au quotidien. 

N’entrent pas dans cette catégorie de charges de l’entreprise les achats de stock ou certains frais ponctuels.

Le point sur la récupération des charges de l'entreprise en microentreprise

Le statut de microentrepreneur concède des cotisations sociales moins élevées que celles réservées aux sociétés. De ce fait, le législateur ne rend pas possible de la déduction de l’exercice, les frais déboursés dans le cadre du fonctionnement de la microentreprise.

En tant que microentrepreneur en rédaction web, vous ne pouvez donc pas récupérer vos  frais de loyer et autres charges inhérentes à votre activité à domicile. Ainsi, l’achat d’un ordinateur ou d’un véhicule ne peuvent passer dans votre activité et restent ainsi votre propriété.

L'inconvénient de ne pas récupérer les charges en microentreprise

La microentreprise paie ses charges sociales sur le montant de son chiffre d’affaires. C’est donc le montant du chiffre d’affaires qui doit être déclaré aux impôts après un abattement de 34 % dans le cas d’un rédacteur web freelance en microentreprise (imposé au titre des BNC, bénéfices non commerciaux. 

Cet abattement a été prévu par le législateur afin de ne pas pénaliser les microentrepreneurs ne pouvant bénéficier de la récupération de leurs frais.

Néanmoins, si le microentrepreneur rédacteur web désire par exemple, sous-traiter une partie de ses activités à un autre rédacteur, il devra régler l’intervenant sur ses deniers propres et paiera des charges sociales sur l’ensemble de la prestation encaissée par son client. Cela revient donc à une double pénalité.

La seule autorisation de récupération de frais est la facturation de débours pour le compte du client. 

Les débours en microentreprise

Qu’est-ce qu’un débours ? Afin qu’un microentrepreneur ne supporte pas des frais qu’il a engagés pour son client, il peut passer ceux-ci en débours sur la facture et ne pas payer de charges sociales sur leur montant. Ce sont les seules charge de l’entreprise qui sont déductibles dans le cadre du régime de la microentreprise.

Si l’entrepreneur doit acheter du matériel pour le compte de son client, comme par exemple un mécanicien devant fournir des pièces automobiles dans le cadre d’une réparation d’un véhicule, il précisera la mention débours sur sa facture et ne déclarera que sa main-d’oeuvre.