Pourquoi j’ai refusé un CDI pour rester entrepreneur en rédaction web ?

Entrepreneur un jour, entrepreneur toujours ! :o) Il m’est arrivé une belle chose il y a quelques semaines : une proposition professionnelle sympathique : un CDI correspondant parfaitement à mes compétences. Si j’ai été enthousiasmée dès le départ car qui ne le serait pas quand on reçoit une telle offre et après en avoir discuté avec mon mari, j’ai décidé de refuser le contrat proposé et de rester entrepreneur en rédaction web. Je partage avec vous mes réflexions, elles peuvent, éventuellement, vous être utiles si vous hésitez entre rester entrepreneur ou devenir salarié avec un CDD ou un CDI en entreprise.

Avant de vous présenter la proposition du CDI qui m’a été faite, laissez-moi vous parler de l’entrepreneur freelance en rédaction web que vous êtes majoritairement en tant qu’habitué.e de notre cher blog et du magazine

Certains naissent entrepreneur, d’autres le deviennent. Je suis tombée dedans toute petite en tant que fille d’un entrepreneur hors pair qui a réussi la fabuleuse aventure du chef d’entreprise au sortir de la 2nde Guerre mondiale. Il faut dire que la période était propice. Il a su néanmoins monter sa petite PME et avoir dans sa clientèle, des entreprises renommées et des personnalités connues. Après cet hommage à mon cher Papa disparu il y a déjà 25 ans, poursuivons !

Je suis rédactrice web depuis 2012. Je n’ai jamais compté le nombre de textes rédigés pour mes clients, mais il doit y en avoir plusieurs centaines. Le métier de rédacteur web est vraiment celui qui me correspond le mieux puisque je peux mettre mon expérience d’entrepreneur au service de mes clients. Après avoir repris l’entreprise de mes parents, être ensuite passée du côté salarié durant 10 ans, c’est avec grand plaisir que j’ai de nouveau franchi la barrière pour reprendre un statut de freelance en rédaction web.

L’entrepreneur freelance est donc un indépendant sous statut de micro entrepreneur, de salarié de son entreprise ou de sa coopérative d’activité et d’emploi ou en portage salarial. En tant que rédacteur web, il aide les entreprises à acquérir de la visibilité sur internet et participe ainsi à sa communication. 

Prestation en tant que rédactrice web et salariée de ma coopérative

Si je ne manque pas de proposition de travail en tant que rédactrice web salariée (puisque j’ai un CDI dans ma coopérative d’activité et d’emploi) celle-ci m’a fait la demande en début d’année d’intervenir pour former les entrepreneurs en communication, gestion des réseaux sociaux, rédaction web et création de site web. J’ai donc un second CDI cette fois en tant que chargée d’accompagnement au sein de ma coopérative. J’interviens tous les deux mois sur 5 ateliers d’une journée suivis d’une heure en entretien individuel de chaque entrepreneur. 

 

La proposition du CDI et mes réflexions

Lors de l’assemblée générale de ma coopérative, j’ai reçu la proposition suivante : un CDI à temps plein de chargée d’accompagnement d’entrepreneurs désirant se lancer dans l’entrepreneuriat. Il s’agit d’un public sortant du chômage ou au RSA, touchant ou non une indemnité Pôle Emploi ou tout simplement une personne désirant changer de statut et se lancer dans le monde de l’entreprise. 

L’activité de chacun est très variée puisque nous sommes pratiquement 100 entrepreneurs au sein de la coopérative. Nous y trouvons des pro du bâtiment, des assistantes, des personnes dans le domaine du bien-être, bref tous les métiers indépendants sont représentés. 

entrepreneur freelance en rédaction web rédaction zen

Le but de la coopérative est donc d’accompagner tout futur entrepreneur en situation de création de son entreprise sur une durée assez longue et de le faire bénéficier d’ateliers (partagés en la co-directrice et moi). Le poste que l’on m’a proposé était donc de gérer, de A à Z, le postulant : étude du projet, ateliers, gestion financière, conseils et accompagnement. Bref un job idéal pour moi qui aime accompagner et transmettre.

De plus, travailler dans ma coopérative, où l’économie sociale et solidaire est un de ses fondements, était quelque chose qui mettait un terme sur ce que j’aime faire : transmettre mes connaissances avec un accompagnement personnalisé et permettre à certaines personnes de changer de métier, même après 40 ans !. 

Oui, mais voilà, si j’ai été enchantée au départ, j’ai vite vu que la situation ne me correspondrait pas parfaitement. Outre le salaire attractif, les collègues que je connais déjà et le super job j’ai vu un souci évident : ma perte de liberté d’entrepreneur

Aujourd’hui je travaille comme j’en ai envie. Je suis malade ou fatiguée, je me repose ! J’ai envie de prendre mon après-midi, je le prends et je peux même bosser les dimanches si j’en ai envie… Tout cela disparaîtrait avec le retour au salariat. Bien évidemment, je modère mon propos avec le fait que je gagne correctement ma vie avec mon job de rédactrice web entrepreneur salariée en coopérative. Si vos revenus sont irréguliers ou que le métier vous semble difficile, je trouve tout à fait normal de se diriger vers le salariat.

Et puis, faut le dire aussi, y’a Rédaction Zen avec le blog, le magazine et la formidable équipe qui m’accompagne ! Cela a pesé également dans la balance !

cdi entreprise vs entrepreneur indépendant freelance

De plus, mon mari est également dans l’aventure de l’entrepreneur freelance. Nous sommes ainsi habitués à travailler à la maison, à gérer nos horaires comme bon nous semble et, avec le départ pour ses études de notre dernier fils en ce début septembre, redevenons complètement autonomes.

C’est avec un petit pincement au coeur que j’ai ainsi refusé la proposition. Ma liberté vaut plus aujourd’hui qu’un emploi en salarié, même si je conçois que ça peut en faire rêver plus d’un. 

Le problème est qu’en ayant goûté à l’indépendance dans son activité professionnelle, il est dur de retourner au salariat. Je l’ai fait bien sûr durant 10 ans et j’ai aimé travailler en entreprise avec des collègues sympa, sortir de la maison et bosser dans les assurances où j’étais, au final, très indépendante. Mais, mais mais… ma liberté d’aujourd’hui n’a pas de prix !

Les livres de formation de l’entrepreneur et les coachings pour vous accompagner

Il est clair que ma vocation est de transmettre. J’ai donc développé des livres de formation pour l’entrepreneur que vous trouverez très bientôt sur le site (ouverture de la boutique en octobre !). Vous pouvez bien sûr déjà trouver la présentation des 4 premiers livrets sur la page formation en entrepreneuriat du site. 

Pour compléter cela, j’ai également choisi de vous proposer des séances d’accompagnement orientés autour de 4 axes :

N’hésitez donc pas à me contacter !

Bonne semaine à toutes et tous et à la semaine prochaine pour un nouvel article ! 


See ya !

Tenzin Tsémé Véronique Alber Latour


Tsémé
Rédactrice Web et responsable éditoriale de Rédaction Zen

Laisser un commentaire

J’accepte les conditions et la politique de confidentialité